Petit retour en arrière pour la conférence de presse du 29 août 2006

Publié le par mga-cag

Petit retour en arrière ... 

Depuis le mois de juin, le « comité Anne-Geneviève » se bat pour la régularisation de la famille LEPIKHOV. Le 24 août, la famille a obtenu ses papiers. La mobilisation a porté ses fruits !

Début juin, quelques amies de Natalia L. se retrouvent un soir, décidées à « faire quelque chose » pour Natalia, Dimitri et les six enfants. Les recours sont alors presque épuisés et la famille est menacée de reconduite à la frontière. Cela semble impossible et injuste : la famille est bien intégrée à Coutances où les enfants sont scolarisés , les risques d’un retour en Ukraine sont sérieux et réels.

Chacune sort son carnet d’adresses et une réunion est programmée pour le 13 juin. Les invitations sont lancées : associations (confessionnelles ou non), syndicats, partis politiques, parents d’élèves, enseignants, habitants du quartier, églises... Aucune exclusive sauf le respect de la démocratie et des droits de l’homme. Cette sensibilisation s’inscrit alors dans un cadre national : depuis plusieurs mois, des associations et plus particulièrement le réseau Education sans frontières tirent la sonnette d’alarme. De nombreuses familles risquent d’être reconduites à la frontière à la fin de l’année scolaire.

C’est dans ce cadre que la première réunion de ce qui va devenir « le comité Anne-Geneviève » a lieu. Vingt à trente personnes, venant de tous les horizons, sont présentes ce soir-là décidées à se battre pour obtenir la régularisation de la famille. Très vite, plusieurs actions sont mises en place :

- C’est d’abord une pétition qui est proposée à la signature des habitants du Coutançais. 3000 signatures sont recueillies en une quinzaine de jours. Une réelle sensibilisation se fait jour, l’accueil est très positif.

- Sur proposition de membres du comité Anne-Genviève, les élus communautaires et municipaux votent à l’unanimité une motion de soutien à la famille L.

- La création du blog permet une circulation rapide et efficace de l’information.

- Un rassemblement a lieu devant l’école où les enfants sont scolarisés.

- Le 27 juin, une manifestation a lieu devant la sous préfecture pendant que des membres du comité sont reçus par le sous-préfet.

- Le 1er juillet, une manifestation a lieu à Saint-Lô avec d’autres comités de soutien de la Manche. Les pétitions sont remises à Monsieur le Préfet.

Puis, ce sont les vacances. Le tribunal administratif de Caen a entre temps rendu un jugement défavorable à la famille L. et la circulaire Sarkozy permet d’envisager une régularisation de 20 à 30 000 familles qui répondent aux critères énoncés, les L. remplissent les conditions.

Le comité qui s’est réuni très régulièrement chaque mardi soir depuis le 13 juin décide alors de continuer ses réunions pendant toute la période des vacances et c’est ainsi que, chaque mardi soir des mois de juillet et août, des membres du comité ont été présents pour échanger des informations et continuer leur travail d’accompagnement et de soutien aux L. Le dossier de demande de régularisation via la circulaire Sarkozy est en effet assez « copieux » et chacun, en fonction des ses compétences et de ses disponibilités a mis la main à la pâte. De plus, de nombreux trajets ont été nécessaires et puis ... il a fallu soutenir le moral de la famille car, même si les L. ont toujours gardé espoir, certains jours étaient difficiles.

Le 17 août, la famille est convoquée à la préfecture pour une entrevue avec Monsieur Le Bihan, responsable de ces dossiers à la préfecture et après quelques ultimes inquiétudes, la bonne nouvelle arrive le 23 août au soir et les L. vont chercher leurs papiers (provisoires pour trois mois) le 24 août, toujours accompagnés de membres du comité.

C’est alors que le sort de milliers de familles non régularisées apparaît encore plus préoccupant, on devine leur déception et leur angoisse : reconduite à la frontière ou retour à l’illégalité, voilà leur avenir contre lequel il faut se battre. L’objectif que le comité s’était fixé est atteint et on peut déjà tirer un premier bilan : autour du « comité Anne-Geneviève », une véritable action citoyenne s’est développée. Elle peut être qualifiée d’exemplaire : diversité des composantes qui ont su travailler ensemble dans un but commun, sensibilisation très forte de la population, mobilisation de plusieurs dizaines de personnes y compris pendant le temps des vacances.

Tout ceci est rassurant et encourageant : dans une période dont on dénonce en permanence « le chacun pour soi », les habitants du quartier, les parents d ‘élèves, les enseignants et tous ceux qui portent le souci de la solidarité et de l’accueil de l’étranger ont su mener jusqu’à la victoire une action commune. Des liens se sont tissés, des habitudes de travail en commun ont été prises, les compétences et les limites des uns et des autres sont reconnues. D’autres familles, à Coutances, auront peut-être besoin un jour d’être défendues, nul doute que ce jour-là des membres du « comité Anne-Geneviève » se remettront au travail.

Publié dans NOUVELLES DU COMITE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article